Etre né de Dieu

Nuovo

Jean 1,13

di Jean Galot

Analecta Gregoriana 37

1969, pp. 144

Faut-il lire en Jn 1,13:”eux qui sont nésnon pas des sangs ni de la volonté de la chair ni de la volonté de l’homme mais de Dieu”, ou faut-il rapporter le verset au Verbe

Altri dettagli

10,00€

Altre informazioni

Jean 1,13

di Jean Galot

Analecta Gregoriana 37

1969, pp. 144

Faut-il lire en Jn 1,13:”eux qui sont nésnon pas des sangs ni de la volonté de la chair ni de la volonté de l’homme mais de Dieu”, ou faut-il rapporter le verset au Verbe: “lui qui est né non pas des sangs ni de la volonté de la chair ni de la volonté de l’homme mais de Dieu”? Le pluriel s’interprète de la naissance spiritelle des chrétiens, tandis que le singulier semble concerner la naissance virginale du Verbe fait chair, encore que plusieurs exégètes l’entendraient plutôt de la génération éternelle. Durant de longs siècles, le pluriel s’est imposé comme leçon incontestée. Mais le singulier qui autrefois avaint été vigoureusement défendu par Tertullien a retrouvé des défenseurs à une époque relativement récente, avec A.Resch et F. Blass. Loisy s’est égalementprononcé pour le singulier, mais en y voyant le négation de toute naissance selon la chair, et donc en refusant d’y trouver une affirmation de la naissance selon la chair, et donc en refusant d’y trouver une affirmation de la naissance virginale. Harnack souligne les graves difficultés que comporte la leçon traditionnelle au pluriel; il reconnaît dans le singulier la leçon  la plus primitive, mais comme appartenant à une précision de style johannique ajoutée au texte, et corrigée très tôt en pluriel en fonction de cette insertion.

30 altri prodotti della stessa categoria